🤔 Des loyers encore plus élevés à cause de l’assainissement énergétique ?

🤓 Un assainissement énergétique n’a rien de gratuit. Mais les prix ont encore baissé grâce à la baisse des taux d’intérêt : une rénovation complète en remplaçant le chauffage à mazout revient à 100 francs supplémentaires de loyer. Ce n’est certes pas rien – mais les locataires sont souvent confrontés à des augmentations de plusieurs centaines de francs, à des transformations superflues, voire à des résiliations. Le dopage des loyers résulte de rendements surfaits et du manque de contrôle.

🤔 Qui peut encore se payer une voiture avec des prescriptions pro-climat toujours plus sévères ?

🤓 En général, le prix d’achat d’une voiture se reflète dans sa consommation d’énergie: plus un véhicule est bon marché, moins il consomme d’essence. Pourtant les Suisses achètent des voitures toujours plus grosses, toujours plus lourdes et, de fait, bien plus chères.

🤔 Les transports publics sont trop chers !

🤓 Choisir les transports publics comme moyen de transports n’est pas plus cher que de posséder une voiture, bien au contraire. Même pour une famille dont tous les membres ont un abonnement général, le coût total reste nettement moins élevé. Il faut naturellement en parallèle que l’offre des transports publics soit attractive.

🤔 Qui peut encore prendre l’avion pour ses vacances ?

🤓 Les ménages à petits revenus voyagent peu en général. A l’inverse, les revenus élevés dépensent beaucoup d’argent dans les transports aériens. L’étude Sotomo le confirme concernant la taxe sur les billets d’avion: la redistribution à la population profitera davantage aux ménages à bas revenus.

🤔 Que faut-il faire ?

💡 Pour empêcher les majorations surfaites de loyers, il faut davantage de contrôles, une protection contre les résiliations abusives et des incitations financières ciblées. La Confédération a suffisamment de marge grâce à ses excédents comptables.

💡 Développer massivement les transports publics, les réseaux cyclable et piétonnier. L’offre dans les agglomérations doit être concurrentielle pour présenter une réelle alternative à la voiture, avec des prix attractifs pour les jeunes et les familles.

💡 Réduire les émissions de carbone pour les importateurs de véhicules, ce qui diminuera la consommation de carburant et donc les prix à la consommation. La loi sur le CO2 fait un pas dans ce sens : dans 10 ans les voitures importées devront consommer deux fois moins d’essence.

Delphine Klopfenstein-Broggini
Conseillère nationale GE
@dklopfensteinb