Léonore Porchet au sujet du contre-projet à l’initiative de rectification.

La Suisse ne doit plus exporter du matériel de guerre dans les zones de conflit : cette revendication de l’initiative de rectification a été soutenue par des centaines de milliers de signatures. Message reçu 5 sur 5 par le Parlement, qui s’est prononcé contre la liste des souhaits du lobby des armes.
Léonore Porchet, conseillère nationale VD, membre CPS

Avec l’aide des VERT-E-S, l’initiative correctrice a récolté de très nombreuses signatures en un temps record en 2019. Le message est clair : la population ne tolère plus les exportations d’armes dans les zones en conflit. Les deux Chambres ont élaboré un contre-projet qui y répond en définissant des critères au niveau législatif. Elles mettent ainsi sous contrôle démocratique de telles exportations : un immense succès pour les VERT-E-S et les autres membres du comité d’initiative !

Au National, le lobby des armes a tenté de créer une échappatoire dans le contre-projet : celle-ci aurait octroyé au Conseil fédéral le pouvoir discrétionnaire d’autoriser des exceptions pour exporter des armes dans des pays tels que la Turquie ou l’Ukraine. Les VERT-E-S sont ravi-e-s que le National ait tenu bon et empêché que le contre-projet ne tourne à la farce. Notre engagement en faveur de l’initiative a contribué à ce que la Suisse exporte moins de guerre.