petit garçon, cinq francs à la main
© Benjamin Zumbühl

L’essentiel en bref

  • Ecole, traitement des déchets, entretien de l’infrastructure ferroviaire, protection contre les catastrophes environnementales : autant de prestations des collectivités publiques impensables sans impôts.
  • Sous-enchère fiscale et cadeaux fiscaux aux multinationales font chuter les recettes fiscales, avec pour corollaires mesures d’économie, dont pâtissent les pauvres, les seniors et les familles.
  • Les VERTS défendent une politique fiscale juste. Juste signifie p.ex. que proportionnellement les grosses fortunes paient davantage que les petits salaires.
  • Juste signifie aussi que les cantons ne se livrent pas à une course néfaste au taux d’imposition le plus bas et imposent correctement les multinationales. La Suisse ne doit plus attiser l’évasion fiscale internationale, mais contribuer à la stopper.

Sans impôts, les collectivités publiques ne peuvent fournir des prestations essentielles pour tou‑te‑s. Les cadeaux fiscaux aux multinationales ont inévitablement pour corollaire démantèlement dans la santé, la formation, la protection de l’environnement ou la sécurité, et une charge fiscale plus élevée pour les classes moyennes.

Pour une politique fiscale juste

Les VERTS défendent une politique fiscale juste. Juste signifie que proportionnellement les grosses fortunes versent davantage dans la caisse commune que les petits salaires. Juste signifie aussi que les cantons ne se livrent pas à une course au taux d’imposition le plus bas pour attirer des entreprises. Juste signifie que les multinationales qui profitent des infrastructures et des universités suisses, soient imposées adéquatement. Juste signifie que les gains sont taxés, là où ils ont été générés : chaque année les pays du Sud perdent aujourd’hui 200 milliards de francs en recettes fiscales.