Il s’agit de reconnaître les signes avant-coureurs. Incendies de forêt dévastateurs en Sibérie. Fonte inquiétante de la glace en Arctique. Réduction extrême des glaciers alpins : rien n’est plus comme avant. Et chaque jour apporte son lot de nouvelles inquiétantes, p.ex. les brûlis en Amazonie.

La situation est sérieuse. Et les vieilles recettes ne suffisent plus. Il faut enfin mettre les bonnes priorités : Switzerland first ? USA first ? Non : Climate first. C’est ce que constatent les jeunes grévistes du climat, mais nous également. Notre revendication : pas de nouvel accord de libre-échange sans critères contraignants pour protéger l’environnement et les droits humains. Soutenez-nous ! La situation est sérieuse. Il faut se montrer pionnier. Une évidence pour les VERTS. Nous avons été le premier parti en Europe à proposer une taxe incitative sociale en lançant l’initiative « Pour garantir l’AVS – taxer l’énergie et non le travail ! ». Puis « l’économie verte » voulait en finir avec une politique environnementale qui pare aux gaspis de notre société, pour en faire une gestion perspicace des ressources. Et les « aliments équitables » voulait instaurer de nouvelles règles pour un commerce globalisé durable. Elles n’ont pas convaincu la majorité. Mais les temps changent.

Notre heure est arrivée. Nous abordons le changement de manière pragmatique
et démocratique. Cela convainc. Depuis 2015, aucun parti n’a enregistré autant
de succès électoraux dans les cantons. Les médias nous mettent déjà en garde
contre l’euphorie. Ils peuvent se l’épargner. Nous sommes plutôt humbles
qu’exubérants. Or, nous devons gagner les élections du 20 octobre. Car nous ne
pourrons réaliser notre ambitieuse plateforme électorale que si nous gagnons des sièges. Afin que nous puissions renforcer la politique climatique et environnementale et la rendre plus sociale. Donnons tout !

Regula Rytz
présidente des VERTS suisses,
conseillère nationale BE
@RegulaRytz

SOUTENEZ NOTRE ENGAGEMENT CONTRE L’ACCORD DE LIBRE-ÉCHANGE AVEC LE MERCOSUR