Les Verts rejettent le projet et demande à ce qu’il soit revu de fond en comble. Il y manque d’importantes bases et il ne répond pas au principe de durabilité. Le projet de révision présenté ne tient compte que des intérêts de l’aviation. Il néglige de protéger la population du bruit et de la pollution ainsi que les engagements internationaux contractés lors de l’accord de Paris sur le climat.

Pour les Verts, ce qui est valable pour une politique durable des transports au sol, l’est aussi pour le trafic aérien : éviter le trafic, le transférer et le rendre supportable. Or, le projet de révision conceptuelle PSIA va en sens contraire.

Réponse complète – en allemand (PDF)