L’automne passé, le Conseil national a décidé de relever les déductions pour enfants de 10000 à 25000 francs. Ce qui peut sembler à première vue un allègement fiscal bienvenu, se révèle être en fait un cadeau fiscal de plusieurs millions de francs aux plus fortunés. En effet, la moitié environ des familles avec enfants ne paie pas d’impôts fédéraux : elles ne bénéficieront donc pas de cette mesure. A l’inverse des familles disposant d’un revenu annuel supérieur à 150000 francs, qui ne représentent que 6 pourcent des ménages à l’échelle suisse.

Les classes moyennes à la caisse

Ce « bonus pour les plus riches » fera perdre à la Confédération 350 millions de francs. Un manque à gagner qui devra être compensé… en supprimant des prestations. Et qui va en pâtir : les classes moyennes, les personnes sans enfant et surtout les 55 pourcent de familles à bas revenu. Juste avant les élections fédérales, ce parlement bourgeois a offert un cadeau fiscal aux plus fortunés. Pour les VERTS, cet argent serait mieux utilisé pour développer une politique familiale durable, le congé parental, des places de crèche avantageuses ou des allocations familiales plus élevées – ce dont profiteraient toutes les familles.

Isabelle Pasquier-Eichenberger
conseillère nationale GE