Aidez-nous à sauver le droit de vote à 16 ans!

  • Un vrai scandale : la Commission des institutions politiques (CIP) du Conseil national veut ruiner les efforts entrepris jusqu’ici pour instaurer le droit de vote à 16 ans.  
  • Et un affront : ce faisant, la CIP méprise la volonté des jeunes de prendre leur avenir en main, alors que le Conseil national et la commission compétente du Conseil des États ont approuvé l’intervention parlementaire de Sibel Arslan (les VERT-E-S) demandant justement l’instauration du droit de vote à 16 ans. 
  • Et maintenant ? Ces prochains mois, le Conseil national décidera s’il veut suivre la proposition de la commission d’enterrer le droit de vote à 16 ans, ou pas.  
  • Nous pouvons donc encore sauver cette avancée démocratique ! 

Mise à jour de notre appel : Nous avons réussi ! Grâce à la pression que nous avons mise ensemble, le Conseil national a décidé d’élaborer une modification constitutionnelle pour le droit de vote à 16 ans.

Le formulaire qui devrait normalement s'afficher ici est clos et n'est donc pas disponible.

La Commission des institutions politiques (CIP) du Conseil national a décidé de mettre abruptement fin à l’élaboration d’une modification constitutionnelle en vue d’instaurer le droit de vote à 16 ans en faisant une proposition dite de classement. 

Ceci, alors que les commissions compétentes des deux Chambres ont soutenu une initiative parlementaire de Sibel Arslan (les VERT-E-S) demandant justement d’instaurer le droit de vote à 16 ans. Elles ont donc accepté d’élaborer une modification constitutionnelle en vue de l’accorder. 

C’est un affront : la CIP refuse que les jeunes prennent leur avenir en main. Elle ne veut même pas débattre du droit de vote à 16 ans et met au placard un projet faisant fi de la volonté du Parlement ! 

Ces prochains mois, le Conseil national décidera s’il veut suivre la proposition de la commission d’enterrer le droit de vote à 16 ans, ou pas. Si le projet est effectivement classé, il faudra attendre des années avant que nous puissions à nouveau débattre pour donner voix au chapitre aux jeunes ! 

Pour les VERT-E-S, une chose est sûre : les jeunes peuvent – et veulent – assumer des responsabilités. Ils et elles doivent donc pouvoir participer à la préparation des décisions politiques qui concernent leur avenir. Il est grand temps d’accorder le droit de vote à 16 ans !  

Mise à jour de notre appel : Nous avons réussi ! Grâce à la pression que nous avons mise ensemble, le Conseil national a décidé d’élaborer une modification constitutionnelle pour le droit de vote à 16 ans.

Le formulaire qui devrait normalement s'afficher ici est clos et n'est donc pas disponible.