Faites quelque chose, Monsieur Parmelin !

  • La santé de la population et la protection des groupes à risque ont une priorité absolue.
  • Toutes les manifestations et commerces doivent être fermés afin de freiner la propagation du virus.
  • De nombreuses personnes concernées, notamment les (pseudo‑)indépendant‑e‑s perdent leur revenu et craignent pour leur avenir.
  • Nous demandons au Conseil fédéral qu’il alloue immédiatement une aide financière permettant de compenser toutes les pertes de revenu liées aux mesures de protection contre le coronavirus.
  • La Confédération doit protéger les locataires privés et professionnels contre les résiliations, s’ils ne peuvent pas payer provisoirement leur loyer.
The form that would normally show up here was closed and is therefore not available.

Le 16 mars 2020, le Conseil fédéral a annoncé des mesures drastiques pour enrayer le coronavirus : toutes les manifestations sont interdites, tous les commerces, restaurants et centres de loisir restent fermés jusqu’à nouvel avis. Cette étape est nécessaire afin d’endiguer la propagation du virus. Cependant, ces mesures font perdre leur revenu à de nombreuses personnes, surtout les (pseudo‑)indépendant‑es, qui craignent pour leur avenir.

Soutenir également les petites entreprises et les indépendant-es

Le coiffeur, l’artiste indépendante, le commerçant ambulant, la restauratrice de quartier : ils et elles ont perdu du jour au lendemain leur revenu. Mais les frais fixes comme le loyer continuent à tomber à la fin du mois. Contrairement aux plus grandes PME, ils et elles ne peuvent pas avoir recours aux instruments existants tels que le chômage partiel. Les entrepreneuses et entrepreneurs indépendants, les (pseudo‑)indépendant‑es, les artistes et les personnes sous contrat de prestations ont besoin d’une aide immédiate, pour ne pas faire faillite.

Protéger les PME et les individus contre les résiliations en cas de loyer non payé

La « situation extraordinaire » offre au Conseil fédéral de larges compétences. Elle lui donne également la responsabilité de veiller aux personnes touchées par la crise.

  1. Nous demandons au Conseil fédéral qu’en plus du chômage partiel, il décide immédiatement des bases nécessaires permettant de compenser les pertes de revenu pour les (pseudo‑)indépendant‑es, les employé-es sous contrat de durée déterminée, sous contrat de prestations ou ayant un travail temporaire.
  2. L’indemnisation du chômage partiel doit aussi inclure les personnes qui aujourd’hui en sont exclues (associé-e, membre d’un organe dirigeant de l’entreprise, partenaire en couple etc.)
  3. Outre les salaires, les loyers font également partie des frais fixes. C’est pourquoi nous demandons que la protection contre les résiliations soit étendue aux loyers : les loyers en retard ne doivent pas justifier une résiliation, que soit d’un local commercial ou d’un logement.

Des mesures rapides, concrètes et étendues doivent être prises afin de soutenir de manière non bureaucratique toutes les personnes concernées et leur offrir des perspectives.

The form that would normally show up here was closed and is therefore not available.