La BNS continue à sous-estimer les risques que fait peser le dérèglement climatique sur notre système économique et financier : elle doit enfin ne plus investir dans le charbon ni le pétrole, si néfastes pour le climat.
Sophie Michaud Gigon, conseillère nationale VD, membre CER

Les milliards que la Banque nationale suisse (BNS) investit dans le charbon, le gaz ou le pétrole produisent chaque année plus d’émissions CO2 que l’ensemble de la Suisse. Impossible dès lors de réaliser les objectifs climatiques de Paris. De plus, le réchauffement climatique comporte de gros risques pour la stabilité de notre système économique et financier. Risques que notre Banque nationale continue de sous-estimer totalement, comme le montre sa stratégie de placement.
 
Aujourd’hui, le Conseil fédéral a été chargé de montrer quel rôle la BNS peut assumer pour atteindre les objectifs de durabilité de notre pays. Les VERTS saluent l’adoption de ce postulat de la Commission de l’économie et des redevances. Au vu de l’aggravation du dérèglement climatique, les VERTS demandent à la Confédération et à la Banque nationale de prendre rapidement d’autres mesures. Au lieu d’investir dans des technologies obsolètes, la BNS devrait miser sur l’économie Verte de demain.