En reportant la PA22+, la majorité de la CER-E refuse simplement de se mettre au travail. Cette tactique se fait au détriment des familles paysannes, des consommatrices et consommateurs, de l’environnement et du climat. La population attend que le Parlement définisse comment la politique agricole peut répondre aux défis actuels.
 
Les VERTS notent avec satisfaction que la CER-E – dans son postulat – reprend des demandes et propositions que les VERTS avancent depuis longtemps (p.ex. avec leur initiative pour des aliments équitables). Mais ce n’est pas une raison pour repousser le débat sur la PA22+ aux calendes grecques. La PA22+ doit apporter des réformes rapides en faveur du climat, de l’environnement et de la sécurité sociale des paysannes, réformes soutenues par les VERTS. De plus, nous faisons d’autres propositions d’amélioration, en faveur notamment de la protection climatique, de l’agriculture biologique, du bien-être animal et contre le gaspillage alimentaire.
 
Ensemble pour une économie agro-alimentaire durable
Les VERTS demandent que le Conseil des États rejette ce report et reprenne les avancées du postulat dans la PA22+, là où c’est possible. En outre, la prochaine étape de la réforme agricole doit réorienter l’économie agro-alimentaire pour la rendre durable, comme le propose le postulat, en intégrant commerce et consommation. Cette réorientation doit faire l’objet d’un large consensus et rassembler l’ensemble des acteurs du système alimentaire.
 
Il faut éviter que la Suisse se retrouve à traîne de l’UE qui vient d’accepter un ambitieux « pacte vert » (Green Deal) et une vaste stratégie « De la ferme à la table ».